Rechercher

Des brebis sur deux anciens sites militaires dépollués

Vue d'ensemble

A Fontenet, en Charente-Maritime (17), et près de Châteauroux, dans l’Indre (36), BayWa r.e. transforme deux anciennes bases aériennes inexploitées en parcs photovoltaïques. Sécurisés, les terrains retrouvent même un usage agricole : sur chaque terrain, un éleveur ovin a pu s’installer et développer son activité.

2 grands parcs solaires au sol sur un total de 115 hectares

A Fontenet (17), la moitié de la base militaire dédiée au solaire

Ancien terrain d’aviation puis camp militaire français, allemand, puis américain, le camp de Fontenet, d’une surface totale de 160 hectares, a entamé sa reconversion il y a une dizaine d’années. Un total de 80 ha y sont affectés à la production d’énergie renouvelable ou en passe de l’être :

  • Une première centrale photovoltaïque, d’une puissance de 12MWc, y est exploitée depuis 2014
  • Un second parc de 14,7 MWc est en cours de construction et devrait être mis en service d’ici fin 2021
  • Un troisième parc est en projet, en coopération avec une SEM locale.

A Châteauroux (36), plus de 80 000 panneaux et un partenariat culturel

Fort de cette première expertise de reconversion, BayWa r.e. a entrepris la construction en 2020 d’un parc photovoltaïque sur une seconde base aérienne désaffectée, celle de la Martinerie près de Châteauroux (36).

87 552 panneaux photovoltaïques occupent désormais 35 hectares de l’ancienne base militaire, dont l’activité a cessé en 2012. L’électricité verte produite par le parc solaire, dénommé Blueberry produit depuis février 2021.

Un partenariat a été conclu avec l’association les Amis de la Martinerie, ayant pour but de perpétuer l’histoire du site : BayWa r.e. contribuera  à la reconstruction de baraquements trouvés sur le site lors de la construction.

Des brebis à l’ombre des panneaux solaires

BayWa r.e. a fait le choix de permettre à des éleveurs de brebis d’installer leur activité sur ces terrains. Les projets de production d’énergie renouvelable se doublent donc d’une dimension agricole.

Benoît Roux, Directeur Solaire chez BayWa r.e., explique que la démarche ne se réduit pas à une prestation d’entretien, mais relève d’un enjeu de production agricole : “Il ne s’agit pas simplement de faire pâturer des moutons sur le terrain. Nous nous engageons sur des contractualisations de long terme, avec de vrais projets d’exploitation à la clef. “Une démarche agricole bénéfique sur le plan de l’emploi et de l’environnement : “Le recours au travail mécanique, et la pollution associée sont réduits, ce qui nous permet d’optimiser nos prestations de maintenance. En plus d’encourager la biodiversité et de protéger les espèces locales, il y a une création d’activité et d’emploi localement.”

Les parcs solaires sont pensés pour ces élevages, dès leur construction. Des points d’eau ont été créés en anticipation de l’arrivée des animaux et après l’installation des panneaux, les prairies sont semées avec des variétés pertinentes pour le pâturage ovin, en accord avec les éleveurs.

Vue d'ensemble
Dorine Guesdon
Responsable marketing et communication
BayWa r.e. France SAS
Vers le haut