Sélectionner une langue
France
Sélectionner un autre site internet
Site internet actuel :
France
Site internet / Pays
Langues
Réseaux sociaux

Visite des élus sur le chantier éolien de Grande Lande

Vue d'ensemble

Les élus de Grande Lande en Mayenne assistent au coulage des fondations du parc éolien en construction (53)

Les spécialistes des énergies renouvelables, BayWa r.e. et Quénéa, tous deux partenaires, ont ouvert les portes du chantier du parc éolien de Grande Lande, situé sur les communes de Saint-Michel-de-la-Roë et La Selle Craonnaise, près de la base de loisirs de la Rincerie, en sud Mayenne. Les élus de Grande Lande et les habitants de la Communauté de Communes du Pays de Craon qui ont participé au financement du projet ont pu assister au coulage des fondations du futur parc. 

Le chantier a été lancé le 17 janvier 2022 avec la création des accès et des fondations. La mise en service est prévue pour début 2023. 

Le parc est remarquable du fait de son intégration dans le territoire. Son développement s’accompagne en effet de multiples mesures en faveur de l’environnement et de la biodiversité. 

Carte d’identité du projet 

Les autorisations administratives nécessaires à la construction et l’exploitation du parc éolien ont été délivrées le 25 novembre 2019 par le préfet de la Mayenne et n’ont fait l’objet d’aucun recours. 

Le parc sera doté de 6 éoliennes, pour une capacité de production de 34MW/an, grâce aux avancées technologiques qui rendent aujourd’hui les éoliennes plus productives. 

Le parc éolien est raccordé localement au réseau de distribution d’électricité via le poste source de Craon, situé à environ 12 km. 

  • 6 éoliennes 

    • 2 éoliennes sur la commune de Saint-Michel-de-la-Roë  

    • 4 sur la commune de La Selle Craonnaise 

  • 1 poste de livraison 

  • 13.2 MW de puissance totale  

  • Production électrique annuelle attendue du parc : 34 millions de kWh (34 GWh) 

    • Soit la consommation annuelle d’électricité de 7 000 foyers 

    • Soit l’équivalent de 50 % de la consommation des habitants de la Communauté de communes du Pays de Craon

  • 12 760 tonnes Équivalent CO2 évitées chaque année 

  • Hauteur maximale en bout de pale :  

    • 150 m pour les éoliennes situées sur la commune de La Selle Craonnaise 

    • 125 m pour les éoliennes situées sur la commune de Saint-Michel-de-la-Roë 

  • Investissement : 25 millions d’euros

Un projet développé en concertation  

L’étude du potentiel éolien du territoire a été initiée en 2007 par la société bretonne Quénéa, à l’issue d’une décision de la Communauté de Communes de St Aignan-Renazé. En 2012, les communes de St Michel de la Roë, La Selle Craonnaise et St Aignan sur Roë se sont prononcées favorablement en faveur d’un projet éolien sur leur territoire. 

Un financement participatif a été proposé en août 2019, destiné prioritairement aux habitants de la Communauté de Communes du Pays de Craon. 41 107 € ont ainsi été collectés auprès de 100 investisseurs. 

Chemin de randonnée et restauration d’habitats naturels 

De multiples mesures en faveur du développement durable sont mises en place pour accompagner le parc éolien. Environ 400m de haies bocagères, constituées d’essences locales, seront plantées, accompagnant la restauration d’habitats naturels.   

Un chemin de randonnée sera aménagé sur 900m, et passera au pied d’une éolienne. Il permettra de rejoindre deux chemins existants en contournant une route fréquentée. 

Retombées économiques locales 

Au-delà des bénéfices associés à la production d’énergie renouvelable, le parc est générateur de retombées économiques pour le territoire. Les communes d’implantations ont déjà bénéficié de plus de 150 000 € pour mener à bien des projets de développement durable. Ainsi la commune de St Michel de la Roë va pouvoir installer des panneaux solaires sur ses bâtiments et la commune de La Selle Craonnaise finaliser la construction d’une école en matériaux biosourcés.  

Les collectivités bénéficieront de retombées financières via les différentes taxes telles que la Cotisation Foncière des Entreprise, la Taxe foncière et la CVAE, et notamment 100 980 € annuels au titre de l’IFER (Impôt Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux), répartis entre les communes, communautés de commune et département.  

Vue d'ensemble
Vers le haut