Sélectionner une langue
France
English
Sélectionner un autre site internet
Site internet actuel :
France
Site internet / Pays
Langues
Réseaux sociaux

Projet de parc photovoltaïque de Gièvres

Un parc solaire permettant de valoriser une ancienne carrière

Le projet en bref

BayWa r.e. a engagé mi-2019 sur la commune de Gièvres un projet de centrale photovoltaïque comprenant 40 000 panneaux solaires répartis sur 19 hectares. Ce projet participe activement aux objectifs de transition énergétique du territoire. Situé dans le Loir-et-Cher (41), il a pour objectif de valoriser une ancienne carrière de sable, exploitée entre les années 80 et les années 2010 et aujourd'hui laissée en friche.

Avec une puissance d’environ 18 MWc, le parc photovoltaïque alimenterait l’équivalent de la consommation électrique de 10 000 personnes, évitant le rejet d'environ 6 600 tonnes de CO2 chaque année.

Les demandes d’autorisation pour le projet ont été déposées le 26 avril 2021. Sous réserve d’obtention des autorisations, la construction pourrait débuter en septembre 2023 pour une mise en service début 2024.

Aperçu du projet

Localisation

Le projet photovoltaïque de Gièvres se situe sur une ancienne carrière de sable sur la commune de Gièvres dans le département du Loir-et-Cher (41).

Données clés

  • Nombre de modules : environ 40 000 panneaux photovoltaïques sur 19 hectares
    • Surface totale du site : 26 hectares 
  • Puissance totale du parc : environ 18 MWc
  • Production électrique annuelle attendue : environ 21 GWh
    • Equivalent consommation électrique d'environ : 10 000 personnes
    • Emission de CO2 évitées chaque année : environ 6 600 tonnes

Historique du projet

  • 2019 : Etude d’impact environnemental
  • 2021 : Dépôt des demandes d’autorisation en préfecture
  • 2021 : Demande d’autorisation de défrichement
    • Autorisation accordée en décembre 2021
  • Février 2022 : Enquête publique

Un projet respectueux de l’environnement

L’installation de la centrale photovoltaïque s’accompagne d’une revalorisation environnementale du site de l’ancienne carrière, aujourd’hui laissée en friche.

Aujourd'hui, 2 hectares de boisements sont soumis à demande de défrichement, sur un total d’environ 2 280 hectares de boisement sur la commune, soit 0,08 %. Tout arbre coupé dans le cadre de cette demande de défrichement sera replanté dans la région. Il s’agit essentiellement de pins qui envoyaient des ombres portées et rendaient le projet impossible. Le défrichement sera compensé par de nouvelles plantations. 10 000 € seront versés à ce titre au Fond stratégique de la forêt et du bois géré par l’Etat. Une plante invasive, le robinier faux-acacia originaire d’Amérique du Nord qui a colonisé le site de la carrière sera également retirée.

Environ 840 mètres linéaires de haies seront plantés sur le site, soit une surface d'environ 3 300 m². Les arbres et arbustes seront composés d’essences locales, sélectionnées pour leur caractère mellifère. Certaines haies borderont le site et d’autres seront implantées à proximité du Cher, au bénéfice de la biodiversité.

Le site continuera d’accueillir un apiculteur qui exploite une quarantaine de ruches. Deux zones humides seront conservées. Une troisième zone humide, dotée d’une mare, sera créée au bénéfice des populations d'amphibiens et le site sera mis à disposition d’un éleveur ovin. En effet, l’entretien sera assuré par éco-pâturage de brebis, sans produit phytosanitaire.

Quote

Au-delà de sa production d’énergie décarbonée, le projet présentera un excellent bilan écologique. Le défrichement sera compensé, une essence invasive sera retirée, une nouvelle zone humide sera créée et les haies mellifères bénéficieront à la production locale de miel et plus largement à la biodiversité.

Quentin Hamon, Responsable régional solaire chez BayWa r.e.

Une intégration paysagère soignée

La centrale solaire sera intégrée dans un ensemble forestier et entourée d’une “ceinture verte” composée d’arbres de différentes essences et de haies paysagères. Le parc solaire sera masqué par des barrières végétales maintenues ou renouvelées.

Un chemin sera créé à l’est de la zone clôturée et permettra une circulation piétonne le long du site. Ce chemin sera agrémenté de panneaux pédagogiques présentant la technologie photovoltaïque.

Les installations seront d’une hauteur faible, avec un maximum de 3,5 mètres. La clôture entourant le parc sera légèrement surélevé au-dessus du sol afin de laisser passer la faune locale. Depuis les hameaux voisins, les panneaux solaires seront masqués par la végétation conservée et des haies de 5 mètres de hauteur.

Projection du parc construit avec et sans l’intégration paysagère 

Foire aux questions

Vous vous posez des questions sur l'éolien ou le photovoltaïque ? Vous trouverez ici certaines réponses ; sinon n'hésitez pas à nous en faire part ...

Contenu
    Contact
    Quentin_Hamon_70x70_2.jpg
    Quentin Hamon
    Responsable regional solaire
    BayWa r.e. France SAS
    Vers le haut