Sélectionner une langue
France
English
Sélectionner un autre site internet
Site internet actuel :
France
Site internet / Pays
Langues
Réseaux sociaux

Projet de parc éolien de Saint-Bonnet-des-Quarts

Un projet de territoire

Le projet en bref 

En accord avec la municipalité de Saint-Bonnet-des-Quarts, BayWa r.e. étudie la faisabilité d’un projet éolien sur la commune. Le projet possède un potentiel de 4 à 6 éoliennes ce qui représente, selon le modèle retenu, la consommation de 5 700 à 11 000 foyers alimentés en électricité avec chauffage inclus.

Aujourd’hui, les différentes études sont en cours pour apprécier au mieux les enjeux du territoire. En parallèle, une démarche de concertation a débutée depuis mai 2021, formalisant notre engagement de vous tenir informés régulièrement de l’actualité du projet.

Au travers de cette page, nous souhaitons vous présenter le projet et les dernières actualités. Vous pouvez également nous contacter pour toute question.

Historique du projet

Novembre 2020

Délibération favorable du Conseil municipal

Janvier 2021

Information des habitants

Mars à Avril 2021

Concertation avec le Conseil municipal

Mai 2021

Campagne de porte-à-porte

Septembre 2021

Permanence d'information

Juillet 2022

Visite d'un parc éolien

Aperçu du projet

  • Il s’agit d’une des rares zones hors contraintes permettant le développement éolien sur Roannais Agglomération ;
  • Les vitesses de vent sont compatibles avec la création d’un parc éolien ;
  • Le réseau électrique à proximité est capable d’accueillir la production électrique du potentiel parc.

Les étapes de développement du projet

Les événements de concertation

Nous vous informerons ici des événements de concertation, permanences, ateliers, qui viendront rythmer le développement du projet.

Une visite de site du parc de Saint-Nicolas-des-Biefs a eu lieu samedi 9 juillet. La visite a permis de présenter un projet éolien en exploitation et d’exposer les étapes de développement, ainsi que d’échanger avec une vingtaine de personnes.

Retrouvez-nous à la rentrée pour travailler ensemble sur les retombées indirectes et directes aux bénéfices du territoire !

La démarche de concertation

Quelles sont les objectifs de la démarche de concertation ?

  • Vous informer régulièrement sur la démarche de concertation, en vous proposant des contenus lisibles et accessibles à tous, qui répondent à vos attentes concernant le projet ;
  • Echanger régulièrement, en vous donnant l’opportunité de poser des questions et d’obtenir des réponses tout au long de la démarche ;
  • Vous associer aux étapes clés du projet, en vous rendant acteur de son évolution, notamment par le biais d’ateliers et de réunions thématiques pour construire un projet de territoire.

L'étude des perceptions et de vos attentes en matière d’information et de concertation

En mai 2021, les habitants de la commune ont été invités à s’informer sur le projet et à exprimer leur point de vue grâce à un kit participatif fourni et composé : d’un questionnaire, de la lettre d’information N°1 et d’une lettre de mission de Courant Porteur. La campagne de porte-à-porte a permis de :

  • Informer les habitants de la commune du réel état d’avancement du projet ;
  • Connaître les perceptions de l’éolien ;
  • Identifier les attentes en matière d’information et votre volonté de participer à une démarche de concertation.

La lettre d’information a été envoyée aux habitant pour les informer des résultats de l’étude. Quelques résultats de votre participation :

  • 72%  des foyers de Saint-Bonnet-des-Quarts ont retourné le questionnaire
  • 65% des répondants pensent que la transition énergétique est un enjeu prioritaire 
  • 19% pensent que ce n’est pas prioritaire 
  • 16% n’ont pas d’avis sur le sujet

Résultats de l'enquête

Qui sommes-nous ?

BayWa r.e. construit, développe et exploite des parcs éoliens et photovoltaïques depuis 2009. Avec plus d’une centaine de collaborateurs répartis sur l’ensemble du territoire français entre Paris, Nantes, Bordeaux, Le Barp, Lyon, Montpellier et Carcassonne l’entreprise dispose d’un ensemble de compétences lui permettant de mener à bien des projets éoliens et photovoltaïques en concertation avec les territoires. BayWa r.e. exploite 470 MW d’éolien et 324 MWc solaire en France. Notre démarche associe de très près les collectivités locales par de multiples actions.

Nos réponses à vos questions

  • Une éolienne se recycle-t-elle ?

    Aujourd’hui, entre 90 et 95% d’une éolienne se recyclent. Les parties métalliques, comme le mât, ont une valeur marchande non négligeable. Le béton armé peut aussi être facilement valorisé dans le secteur de la construction. Les pales sont plus difficiles à recycler, mais peuvent être broyées et valorisées comme combustibles ou être utilisées dans la fabrication de mobilier urbain notamment (parc de jeux pour enfants, bancs …). Le démantèlement des plus anciens parcs éoliens vient juste de commencer, la filière du recyclage des éoliennes est en cours de développement et devrait monter en puissance dans les prochaines années afin d’être en mesure d’envisager du 100% recyclable.

    Source : Article 20 de l’Arrêté du 22 juin 2020 portant modification des prescriptions relatives aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement

  • Comment se passe le démantèlement ?

    La loi met intégralement à la charge de l’exploitant du parc éolien le démontage et la remise en état des parcs éoliens.

    Dès la mise en service des éoliennes l’exploitant du parc doit constituer des garanties financières nécessaires aux opérations de démontage d’un montant de 60 000 € par éolienne de 3MW (majorée de 10 000 € par MW supplémentaire, plafonnée à 50 000 € si les éoliennes font moins de 2 MW).

    A la fin de vie du parc, les éoliennes sont entièrement démontées, les fondations sont totalement excavées et les terrains sont remis en état. Les éoliennes sont recyclées à hauteur de 90 %*.

    Par conséquent, le démontage et la remise en état sont complétement pris en compte par la société de projet. Un parc éolien est parfaitement réversible et sans conséquence pour l'environnement.

    Source : article R515-101 et suivants du code de l’environnement

    *Arrêté du 22 juin 2020 portant modification des prescriptions relatives aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement

  • Pourquoi une éolienne ne tourne pas tout le temps ?

    Un vent inférieur à 10 km/h est insuffisant pour faire démarrer et tourner une éolienne. À l’inverse, un vent trop fort entraîne l’arrêt de l’éolienne, de manière à éviter tout risque de casse du matériel et des équipements et minimiser leur usure. Ces arrêts pour cause de vents forts sont peu fréquents en France métropolitaine et sont souvent automatisés : ils ne dépassent pas 10 jours par an. De plus, la plupart des éoliennes sont installées sur des sites caractérisés par des vitesses de vent en moyenne supérieures à 20 km/h. 

    Une éolienne peut aussi être mise volontairement à l’arrêt pendant de courtes périodes pour réaliser des opérations de maintenance. Cette indisponibilité ne représente que 1,5 % du temps, soit environ 5 jours par an. 

    Également une éolienne peut être mis à l'arrêt pour respecter la réglementation acoustique ou pour préserver certaines espèces.

  • Les éoliennes ne tournent pas tout le temps. Sont-elles rentables ?

    Les éoliennes fonctionnent entre 75 et 95 % du temps (ADEME) pour des vitesses comprises entre 14km/h et 90km/h. Le facteur de charge (c’est-à-dire le ratio entre l’énergie que produit une éolienne pendant un an et l’énergie qu’elle aurait produite durant cette période si elle avait constamment fonctionné à puissance nominale) se situe entre 22% et 25% (source RTE). Garantir un tel niveau de facteur de charge moyen est un des paramètres importants de la rentabilité d’un projet.  

    L’ADEME a produit une étude sur les coûts des énergies renouvelables en France en janvier 2020. Au cours de la période 2008-2019, le prix de l’éolien terrestre a baissé de 42%, passant de 104 €/MWh à 60 €/MWh. De plus, le potentiel d’innovation reste important sur l’ensemble de la chaîne de valeur des projets notamment sur la conception des rotors et leur contrôle. Le coût de l’éolien devrait encore baisser de 25% en moyenne de 2019 à 2030 et de 20% supplémentaires de 2030 à 2050.

    A titre de comparaisonl’éolien est autour de 60 € du MWh,tandis queles centrales nucléaires de nouvelle génération installées aujourd’hui produiront un MWh autour de 104 €. L’EPR de Flamanville accuse un retard de plus de onze ans dans sa construction toujours en cours et un triplement des coûts initialement estimés : il devrait fournir un MWh compris entre 110€ et 120€. Sur la même base de comparaison l’énergie éolienne est donc bien moins chère.

  • Les éoliennes ont-elles un impact sur les animaux sauvage et la chasse ?

    Ce sujet a été suivi sur de nombreux parcs en France afin d’apporter des éléments de réponse à une question naturellement très fréquente. La tendance qui se dégage aujourd’hui est un phénomène d’habituation de la faune. Passé un inévitable dérangement passager, du fait de la construction du parc puis de la mise en service des éoliennes, il est rapidement observé un retour de la faune chassable sur site (en moins de six mois généralement).

    Par ailleurs, contrairement à certaines idées reçues, aucune restriction particulière ne s’applique aux activités de chasse : celles-ci sont parfaitement autorisées sous les éoliennes, dans le strict respect des règles habituelles de sécurité connue de tout chasseur.

    Enfin, dans le cadre de la démarche de concertation, il est tout à fait envisageable de mettre en place avec vous et avec les associations de chasse des mesures pour favoriser le maintien et le retour de la faune à la suite des travaux d’installation des éoliennes : jachère de faune sauvage, etc.)

  • Les éoliennes ont-elles un impact sur les oiseaux ?

    Les chauves-souris et les oiseaux sont les animaux les plus sensibles à l’implantation d’un parc éolien. Les développeurs éoliens œuvrent conjointement à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et l’ADEME (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) depuis 10 ans pour l’évaluation des impacts de l’éolien sur la faune aviaire.

    La mortalité aviaire relative au fonctionnement d’un parc éolien est prise en compte dans les études environnementales réalisées préalablement au développement d’un parc éolien. Les études incluent un travail bibliographique poussé puis des sorties de terrains pendant l’ensemble du cycle écologique (un an) : hivernage, nidification, migrations, etc. Ces études ont pour vocation de dresser un inventaire de l’ensemble des espèces présentes sur un site à l’étude et de réfléchir aux mesures à déployer pour les préserver si besoin. Ces études sont inclues dans le dossier définitif du projet, déposé en Préfecture pour instruction par les services de l’Etat. Des restrictions concernant l’implantation des éoliennes peuvent notamment être imposées afin de préserver les trajets migratoires des oiseaux et les zones de nidification. Des innovations sont aussi en cours de développement et permettront de détecter le mouvement des oiseaux et d’adapter en fonction l’activité des éoliennes

  • Pourquoi les éoliennes en forêt ?

    La forêt couvre 2,6 millions d'hectares de la région, ce qui représente 36 % du territoire. Dans la Loire, 59 % des zones favorables à l'éolien se trouvent en forêt. La mise en place de parcs éoliens en forêt, présente des avantages :

    • Le développement d’un parc éolien est compatible avec l’exploitation sylvicole ;
    • La création de chemins est très utile pour la desserte forestière et l’exploitation du bois ;
    • La faible emprise au sol d’une éolienne, (2 500 m² pour une plateforme d’éolienne), induit une faible consommation d'espace forestier ;
    • Les espaces forestiers permettent d’éloigner les parcs des habitations ;
    • Le couvert végétal crée un masque visuel pour les vues proches ;
    • Par ailleurs, la filière est tenue de compenser les surfaces forestières soumises à procédure de défrichement. Ainsi, les coefficients de boisement compensateur sont propres à chaque département, mais oscillent généralement entre 1 et 2.

    Tous ces facteurs font de la forêt un espace d'accueil pour les éoliennes

Foire aux questions

Vous vous posez des questions sur l'eolien ou le photovoltaïque ? 

Vers le haut